La route mortelle vers Ninh Binh

Après avoir passé quatre jours dans la région de la baie de Ha Long et de l’île de Cat Ba, il était temps de repartir. Dès le lendemain matin, je prenais la route pour la ville de Ninh Binh (« Ning Bing »).

J’avais définitivement développé un intérêt, sinon une relation avec cette roche extraordinaire. J’avais un pincement au coeur de laisser derrière ces rochers magnifiques, mais je savais que j’aurais d’autres occasions d’en découvrir les secrets.

Notamment, Ninh Binh possède elle aussi des formations rocheuses karstiques au travers desquelles passent des rivières. On appelle d’ailleurs cette région « la baie de Ha Long terrestre ». J’avais hâte de la découvrir.

J’étais fatiguée ce matin-là. La veille au soir, j’avais fêté le nouvel an avec les autres touristes que j’avais rencontrés à Cat Ba, notamment Miguel et Lida, mais aussi des Allemands et des Britanniques.  J’avais aussi fait la rencontre d’un Torontois qui venait de terminer la traversée du Vietnam de Hanoi à Saigon à vélo. La soirée, qui avait été bien arrosée d’alcool de riz, s’était terminée aux lueurs.

J’avais une longue route à faire pour me rendre à Ninh Binh, environ 210 kilomètres. J’avais donc mis le réveil à sept heures. J’ai pris la route ce matin-là avec trois heures de sommeil dans le corps. C’était risqué. Je devais donc redoubler de prudence.

La route vers Ninh Binh était horrible. C’était une route industrielle, saturée de poids lourds et de construction. L’air était trouble de pollution et de poussière. Elle était laide, désagréable, et carrément dangereuse.

La route était constituée de deux voies à contre-sens, sans terre-plein. Continuellement, les véhicules se dépassaient, utilisant la voie inverse. Je me retrouvais souvent tassée sur l’accotement pour laisser passer des camions venant en sens inverse dans ma voie.

Les obstacles étaient partout. La gravelle sur la chaussée. Les trous, les fissures et les bosses sur la route. Les chantiers de construction. Le trafic qui pénètre sur la route par la droite. Les klaxons qui rugissent de tous les côtés. Les vélos qui roulent en zigzag. Les enfants qui jouent en bordure du chemin. Les motos qui dépassent à gauche comme à droite. Les piétons qui traversent la rue.

J’aurais pu mourir cent fois ce jour-là.

Je voulais juste arriver. À 30 km de ma destination, je me suis mise à accélérer, en espérant mettre fin à ce calvaire.

Soudainement, je vois une foule de gens attroupée le long de la route. Puis, des voitures de police et des lumières d’ambulance.

Un peu plus loin, le corps d’une femme gît par terre. Elle était visiblement morte. Ses bras étaient en croix. Autour d’elle, les policiers dirigeaient la circulation. Des dizaines d’observateurs étaient plantés le long de la route à regarder la scène.

Le manque de pudeur des autorités et des spectateurs m’a choquée. Au Canada, le corps de cette femme aurait été éloigné des regards curieux, ou du moins recouvert.

Parterre se trouvaient des billets d’argent. Cette femme devait être commerçante. Lors de l’impact, la liasse de billets qu’elle portait dans ses poches avait dû virevolter dans les airs avant de retomber comme une pluie de confettis.

Le sol était jonché de billets sur plusieurs mètres. La galerie de curieux ne bougeait pas. Personne n’osait ramasser l’argent d’une morte.

En passant la scène de l’accident, j’ai eu un choc. J’ai ralenti ma course. Je me suis souvenue que le principal objectif de ce voyage était d’en revenir.

Advertisements

One thought on “La route mortelle vers Ninh Binh

  1. Ton style d’écriture me surprends agréablement plus a chaque fois. Conclusion choc et progression adrenalisante de texte! Gros bisoux! Déo

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s