À propos

Je suis la fille d’un Vietnamien. Fille d’un homme qui a quitté son pays pour se faire un avenir meilleur. Quand il est parti, un seul bagage à la main, il savait qu’il ne pourrait plus retourner chez lui ni revoir les membres de sa famille. L’immigration de mon père a été un allez simple.

En 2008, il est retourné au Vietnam pour la première fois en quarante ans. Pendant les cinq années qui ont suivies, il a silloné le Vietnam du Sud au Nord à dos de motos qu’il retapait dans son petit garage de Can Tho. Il en possédait cinq, certaines datant de l’époque de la guerre. Il en prenait soin comme des chevaux d’écurie.

Quand j’ai décidé de faire ce voyage, je pensais le faire en sa compagnie, moi sur sa Honda 1967, lui sur une Minsk 1972. Mais le cancer l’a emporté cet automne et il ne reste de lui qu’une petite boîte de cendres.

De Hanoi à Saigon, j’arpenterai cette péninsule à moto pendant sept semaines. Une fois arrivée à Sa Dec, village de ma famille paternelle, je déposerai les cendres dans une pagode. Étrangement, mon premier voyage au Vietnam sera aussi le dernier de mon père.

Le lien d’attachement de notre famille avec ce pays aurait pu s’éteindre avec le dernier souffle de mon père. Mais il n’en sera rien. Ce voyage solo constituera un nouveau brin à cette tresse familiale dont je cherche l’origine.

Advertisements

7 thoughts on “À propos

  1. Flora, you practically moved me to tears in your first post. This trip is such an amazing way to honour your father, and connect to your family history. Moi aussi, je suis hâte de te suivre!

  2. “All journeys have secret destinations of which the traveler is unaware.” – Martin Buber

    Bon voyage Flora. Bonne chance. Courage. Et je souhaite que les découvertes et les destinations, autant physiques que spirituelles, que tu y retrouveras nourissent les racines que tu cultives en toi.

  3. Je lis dans un ordre “à la Cortazar” (as tu lu Rayuela? J’imagine que non) Je pense à mes propres aventures (d’un ordre bien différent) et au journal que j’ai aussi écris sur un callier (il y en avais pas autant de gadgets qu’aujourd’hui) lors de mon premier voyage en solo.
    Trois lignes, trois parenthèses: ça commence bien.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s